Page d'accueil > Déclarations du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 18 août 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/08/18

CCTV : L'équipe médicale envoyée par le gouvernement chinois en Azerbaïdjan est rentrée en Chine le 17 août. Pourriez-vous nous donner des détails sur son travail en Azerbaïdjan ? Qu'a fait la Chine pour aider l'Azerbaïdjan à lutter contre le virus ?

Zhao Lijian : L'équipe médicale envoyée en Azerbaïdjan, composée d'experts sélectionnés par la Commission provinciale de la Santé du Sichuan, était organisée par la Commission nationale de la Santé. Les dix membres de l'équipe sélectionnés à l'Hôpital de Chine occidentale de l'Université du Sichuan possèdent une riche expérience en matière de prévention et de contrôle des épidémies.

L'équipe d'experts est arrivée à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, le 4 août. Au cours des deux dernières semaines, ils ont visité des hôpitaux locaux, des laboratoires de test et des banques de sang à Bakou, Jalilabad et Sumgayit, organisé des séminaires de groupe avec les départements concernés et des experts médicaux pour analyser la situation épidémique actuelle, les mesures de prévention des épidémies et le processus de traitement, aidé à former les personnels médicaux locaux et partagé l'expérience antiépidémique de la Chine avec eux sans la moindre réserve. Par leurs actions réelles, l'équipe d'experts a illustré l'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Azerbaïdjan et pratiqué le concept de communauté de destin pour l'humanité. Leur travail a été salué par le gouvernement et le peuple azerbaïdjanais.

La Chine et l'Azerbaïdjan entretiennent des relations d'amitié et de coopération. Depuis la survenue du Covid-19, les deux pays se soutiennent mutuellement pour surmonter les difficultés ensemble, ce qui reflète pleinement la profonde amitié entre leurs peuples. La Chine continuera à aider l'Azerbaïdjan autant que possible et continuera à renforcer la coopération internationale pour lutter contre le virus. Nous sommes convaincus que, grâce à des efforts concertés, la pandémie sera vaincue au plus tôt.

Bloomberg : Sur la base des mesures restrictives annoncées en mai, le Département américain du Commerce a annoncé de nouvelles restrictions contre Huawei, tentant de couper l'accès de Huawei aux puces commercialement disponibles. Il a ajouté 38 filiales de Huawei dans 21 pays à une liste noire économique. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose fermement au dénigrement et à la répression délibérés d'entreprises chinoises, y compris Huawei, par la partie américaine. Depuis un certain temps, les Etats-Unis abusent du concept de sécurité nationale et du pouvoir de l'Etat pour imposer toutes sortes de mesures restrictives à des entreprises chinoises comme Huawei sans la moindre preuve solide. Il s'agit d'un acte d'intimidation flagrant.

Ce que les Etats-Unis ont fait montre clairement que les principes d'économie de marché et de concurrence loyale qu'ils prétendent défendre ne sont qu'une feuille de vigne. Une telle pratique viole les règles du commerce international, perturbe les chaînes industrielles, d'approvisionnement et de valeur mondiales et nuira inévitablement aux intérêts nationaux et à l'image de l'Amérique.

Je tiens à souligner que, plus les Etats-Unis essaient de manière hystérique de réprimer Huawei et d'autres entreprises chinoises, plus cela prouve la réussite de ces entreprises et l'hypocrisie et les actes d'intimidation de la partie américaine. De nombreuses entreprises à succès d'autres pays ont subi le même traitement par le passé. Le comportement honteux des Etats-Unis a été et continuera d'être rejeté par les pays du monde.

Les Etats-Unis affirment que Huawei menace leur sécurité nationale, ce qui est totalement sans fondement. Jetons un coup d'œil aux faits. Au cours des 30 dernières années, Huawei a mis en place plus de 1500 réseaux dans plus de 170 pays et régions, et a servi 228 des 500 plus grandes sociétés classées par le magazine Fortune et plus de trois milliards de personnes dans le monde entier. Il n'y a eu aucun incident de cybersécurité comme ceux révélés par Edward Snowden ou WikiLeaks. Il n'y a eu aucune opération de mise sur écoute ou de surveillance comme Prism, Equation Group ou Echelon. Et aucun pays n'a produit de preuves corroborant l'existence de portes dérobées dans les produits Huawei.

Les Etats-Unis sont véritablement le plus grand empire de hackers dans ce monde. Les entreprises américaines Cisco et Apple ont admis il y a des années qu'il y avait des failles de sécurité et des portes dérobées dans leurs équipements. Les services de renseignement américains exécutent depuis longtemps des programmes de surveillance illégaux sans discernement visant les gouvernements, les entreprises et les individus étrangers, y compris ceux de leurs alliés. Même les citoyens américains n'ont aucun secret à proprement parler. Ce sont des faits connus.

Nous exhortons les Etats-Unis à corriger immédiatement leurs erreurs et à cesser de salir la Chine et de réprimer les entreprises chinoises. Le gouvernement chinois continuera de prendre les mesures nécessaires pour sauvegarder les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

The Paper : Le Ministère chinois du Commerce a annoncé mardi qu'il ouvrait une enquête antidumping sur certains vins importés d'Australie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Il s'agit d'une enquête antidumping normale. Comme nous l'avons appris, les autorités compétentes chinoises ont reçu une demande d'enquête antidumping de la part de l'industrie vinicole chinoise le 6 juillet. Après examen, conformément à la loi, la demande est considérée comme répondant aux exigences légales et une enquête a été ouverte le 18 août. Les autorités compétentes chinoises mèneront l'enquête de manière équitable et juste en vertu de la loi.

FSN : Pourriez-vous expliquer un peu plus ce que sont ces critères ? La partie australienne a déclaré qu'elle ne vendait pas de vin à un prix inférieur au prix du marché. Quelle est la base de l'enquête ? Certains reportages indiquent que l'enquête est motivée par des raisons politiques. Quelle est votre réponse à cela ?

Zhao Lijian : J'ai exposé la position de la Chine sur cette affaire. Si vous êtes intéressé par les détails de l'enquête, veuillez vous informer auprès des autorités compétentes.

Concernant les relations sino-australiennes, nous avons déclaré à plusieurs reprises que la position de la Chine sur le développement des relations sino-australiennes est cohérente et claire. Une relation sino-australienne solide et stable sert les intérêts communs des deux pays, mais elle exige les efforts conjoints des deux parties. Nous espérons que la partie australienne travaillera avec la Chine dans la même direction, respectera sincèrement les principes de respect mutuel, d'égalité et d'avantages mutuels, et fera plus de choses propices à la confiance mutuelle et à la coopération sino-australienne et se conformant à l'esprit de notre partenariat stratégique global.

AFP : Quel est votre commentaire sur l'ouverture d'un bureau de représentation par Taïwan au Somaliland ?

Zhao Lijian : Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et Taïwan fait partie intégrante de la Chine. Le principe d'une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales et un consensus partagé par la communauté internationale. La Chine s'oppose fermement à la création d'institutions officielles ou à toute forme d'échanges officiels entre Taïwan et le Somaliland. La recherche effrénée, par le Parti démocrate progressiste, d'un soutien à ses activités sécessionnistes sur la scène internationale ne réussira jamais.

Bloomberg : La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré dans une récente interview qu'elle avait du mal à utiliser des cartes de crédit après que les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre des fonctionnaires chinois. Dans le même temps, plusieurs banques chinoises exerçant des activités aux Etats-Unis se sont montrées prudentes quant à l'ouverture de nouveaux comptes pour les 11 fonctionnaires sanctionnés, comme l'a rapporté Bloomberg. Ces banques comprennent la Banque de Chine, la Banque de Construction de Chine et la China Merchants Bank. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose aux sanctions américaines illégales contre les fonctionnaires concernés à Hong Kong, et cette position est claire et cohérente.

Reuters : Plus tôt cette année, l'Ambassadeur de Chine en Australie a déclaré que les Chinois reconsidéreraient l'idée de boire du vin australien si les relations entre les deux pays tournaient mal. Vous venez de dire que cette enquête est un cas d'enquête normal. Est-ce une coïncidence ? La Chine craint-elle que le lancement de cette enquête nuise davantage aux relations sino-australiennes ?

Zhao Lijian : Je viens d'exposer la position de la Chine. Il s'agit d'une enquête antidumping normale. Il n'est pas nécessaire de surinterpréter.

AFP : Les avocats de Meng Wanzhou ont demandé la divulgation de documents classifiés par les autorités canadiennes. Mais le gouvernement canadien a déclaré hier qu'il avait déjà remis tous les documents pertinents. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur l'affaire Meng Wanzhou est cohérente et claire. Nous l'avons exposée à plusieurs reprises.

Je tiens à souligner que le gouvernement chinois est déterminé à protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises et des ressortissants chinois. Nous soutenons les entreprises et les individus concernés dans le recours à l'arme juridique pour défendre leurs droits et leurs intérêts. En ce qui concerne les détails que vous avez mentionnés, vous pouvez demander au gouvernement canadien. Pourquoi ne peuvent-ils pas présenter les preuves et les documents pertinents ? Que diable se passe-t-il entre eux et le gouvernement américain ?

Envoyer ce lien à un ami 
     Imprimer
Copyright © 2009 Ambassade de la République populaire de Chine en République du Sénégal