Page d'accueil > Déclarations du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 19 août 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/08/19

1. À l'invitation du gouvernement singapourien, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, effectuera une visite à Singapour les 19 et 20 août.

À l'invitation de Suh Hoon, Directeur du Bureau de la Sécurité nationale de la République de Corée, Yang Jiechi se rendra à Busan pour des consultations les 21 et 22 août.

2. À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, la Ministre des Affaires étrangères de la République d'Indonésie, Retno Lestari Priansari Marsudi, effectuera une visite officielle en Chine du 19 au 21 août.

3. Le gouvernement chinois a décidé d'envoyer un groupe d'experts médicaux au Soudan du Sud et en Guinée pour aider les deux pays à combattre le COVID-19. Le groupe d'experts médicaux, constitué par la Commission nationale de la Santé et sélectionné par la Commission provinciale de la Santé de l'Anhui, est parti aujourd'hui au petit matin.

CCTV : Selon des reportages, le 18 août dans l'après-midi, le train « Bay Area », un des trains de fret Chine-Europe, a entamé son premier service en partant de Shenzhen pour Duisburg, en Allemagne. Pouvez-vous partager plus d'informations sur le fonctionnement des trains de fret Chine-Europe en plein milieu de la pandémie de COVID-19 ?

Zhao Lijian : J'ai également pris note de cette bonne nouvelle.

Depuis la survenue de l'épidémie de COVID-19, les transports aériens et maritimes mondiaux ont été perturbés à des degrés différents, les activités étant soit suspendues, soit fonctionnant à capacité réduite. L'affaiblissement de la logistique a entraîné une contraction du commerce. Dans un tel contexte, les trains de fret Chine-Europe, en tant qu'artère de transport terrestre, ont démontré leurs puissants avantages en matière de sécurité et d'efficacité, élargi sans cesse de nouvelles activités sur de nouveaux itinéraires, jouant un rôle important dans le maintien de la logistique sans entrave et la stabilité de l'approvisionnement en matériaux en Chine, en Europe et dans les pays riverains.

J'aimerais partager quelques chiffres avec vous. Pendant les six premiers mois de cette année, le nombre de trains de fret entre la Chine et l'Europe a augmenté de 36% en glissement annuel pour s'établir à 5 122, ce chiffre atteignant un record de 1 169 en juin, et le volume total des transports de marchandises a atteint 461 000 EVP, soit une augmentation de 41%. L'élan positif malgré la situation difficile a donné une forte impulsion à la coopération anti-épidémique entre la Chine, l'Europe et les pays riverains et a efficacement atténué les conséquences de la pandémie sur la coopération Chine-Europe sur les chaînes industrielles et d'approvisionnement.

En tant que projet de coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », le fonctionnement régulier et ordonné des trains de fret Chine-Europe au beau milieu de la pandémie émet un message de coopération gagnant-gagnant et d'avantages mutuels entre la Chine et les pays concernés et montre la caractéristique déterminante de l'initiative « la Ceinture et la Route », à savoir concertation, synergie et partage. Ces trains ont joué un bon rôle pilote pour les pays qui cherchent à reprendre la production et à relancer l'économie. Cela profitera non seulement aux pays riverains, mais aussi à la reprise et à la croissance économique mondiale.

Yonhap News : Vous avez annoncé la visite à Busan de Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC. Quels seront les sujets à aborder lors de sa visite ?

Zhao Lijian : Nous publierons les informations sur cette visite en temps opportun. Veuillez y prêter attention.

Agence de presse Xinhua : Pouvez-vous nous présenter l'ordre du jour de la visite de la Ministre des Affaires étrangères Retno Marsudi et les attentes de la Chine pour cette visite ? Comment la Chine envisage-t-elle les relations sino-indonésiennes actuelles ?

Zhao Lijian : La Ministre des Affaires étrangères Retno Marsudi est le premier chef de la diplomatie étranger que la Chine reçoit dans le contexte de la prévention et du contrôle réguliers de l'épidémie, ce qui montre que la Chine et l'Indonésie attachent toutes deux une grande importance à leurs relations bilatérales. Le conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'entretiendra avec elle pour échanger des vues de manière approfondie sur les relations bilatérales, la coopération anti-épidémique et la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Ils échangeront également des vues sur les relations Chine-ASEAN et d'autres questions internationales et régionales d'intérêt commun.

En tant que voisins importants l'un pour l'autre et grands pays en développement, la Chine et l'Indonésie partagent de larges intérêts communs, ce qui en fait des partenaires naturels. Sous la conduite stratégique des deux Chefs d'État, les relations sino-indonésiennes se sont développées rapidement. En particulier, nous avons obtenu des résultats tangibles de coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et des progrès réguliers dans des projets phares tels que le chemin de fer à grande vitesse Jakarta-Bandung et le corridor économique régional à tous azimuts. Depuis la survenue de l'épidémie de COVID-19, les responsables de haut niveau des deux pays ont eu plusieurs entretiens téléphoniques. Les gouvernements, les armées, les collectivités locales et les populations des deux pays se sont prêté soutien et assistance, démontrant une amitié fraternelle.

Cette année marque le 70e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l'Indonésie, offrant de nouvelles opportunités de développement pour les relations bilatérales. La Chine entend travailler avec l'Indonésie pour mettre en œuvre le consensus dégagé par les deux Chefs d'État, faire de la lutte contre l'épidémie et du développement les deux axes principaux, approfondir la confiance mutuelle et la coopération, défendre conjointement le multilatéralisme et la justice internationale, faire progresser sans arrêt les relations sino-indonésiennes pour le mieux-être des peuples des deux pays et de la région.

Bloomberg : Le Président américain Trump a déclaré qu'il avait annulé les négociations commerciales prévues pour le week-end dernier avec la Chine et que la gestion du virus par la Chine était impensable. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne la question de la lutte contre l'épidémie, nous avons présenté à plusieurs reprises nos mesures efficaces avec un calendrier précis et les faits sont clairs comme le jour. Depuis la survenue de l'épidémie, la Chine a agi de manière ouverte, transparente et responsable, s'acquittant sérieusement de ses devoirs et obligations en vertu du « Règlement sanitaire international » (RSI), faisant tout son possible pour contenir la propagation du virus, avec les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus strictes, et pour participer activement à la coopération internationale sur la lutte contre l'épidémie. Le gouvernement chinois accorde toujours la priorité absolue au peuple et à la vie humaine, et la réponse de la Chine à l'épidémie peut résister à l'épreuve du temps et de l'histoire. L'énorme sacrifice et l'importante contribution de la Chine à la lutte mondiale contre le COVID-19 sont au vu et au su de tous.

En ce qui concerne les négociations commerciales sino-américaines, je vous invite à vous renseigner auprès du département compétent.

The Paper : Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré le 18 août que les relations entre les États-Unis et la Chine « n'ont jamais été aussi dysfonctionnelles qu'aujourd'hui » et a averti que l'escalade des tensions entre les deux pays diviserait le monde en « deux blocs », ce qui est « un risque énorme pour le monde ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a pris note des remarques du Secrétaire général Guterres. Nous sommes toujours d'avis que, s'agissant des relations entre la Chine et les États-Unis, la coopération profite à chacune des deux parties, et que l'affrontement nuit à l'une comme à l'autre partie. La coopération sino-américaine permet d'accomplir des événements majeurs qui profitent à la fois aux deux pays et au monde, tandis que l'affrontement sino-américain n'est pas dans l'intérêt de la communauté internationale. Un développement sain et régulier des relations sino-américaines est lié au présent et à l'avenir de la Chine, des États-Unis et du monde, et répond aux aspirations communes des peuples de la Chine, des États-Unis et du monde entier.

La raison pour laquelle les relations sino-américaines ont rencontré de graves difficultés est que l'administration américaine a unilatéralement provoqué des troubles et, par ses propos et ses actes, s'est ingérée dans les affaires intérieures de la Chine, a nui aux intérêts de la Chine et a gravement endommagé les relations sino-américaines. Poussés par des motifs égoïstes, un petit nombre de politiciens américains ont suscité des sentiments anti-chinois, de l'antagonisme et de l'affrontement. Ces agissements rétrogrades, très impopulaires, ont été et continueront d'être vivement critiqués et rejetés par des personnalités clairvoyantes en Chine et aux États-Unis, ainsi que par les peuples épris de paix dans le monde entier.

Nous exhortons ces politiciens américains à prendre en compte le bien-être des peuples chinois, américain et de tous les autres pays du monde, à répondre à l'appel de la communauté internationale, à abandonner la mentalité désuète de la guerre froide, à considérer les relations entre la Chine et les États-Unis de manière objective, et à agir dans le même objectif que la Chine pour ramener les relations sino-américaines sur la voie de la coordination, de la coopération et de la stabilité, afin de sauvegarder conjointement la paix, la stabilité et le développement mondiaux.

AFP : Le Ministre équatorien de la Défense a déclaré hier que la marine équatorienne avait détecté 149 bateaux de pêche chinois près des îles Galapagos qui avaient éteint leurs dispositifs d'identification par satellite, et que cela est une violation des règles. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n'ai pas lu de reportages sur ce que vous avez mentionné.

La Chine et l'Équateur entretiennent des communications amicales par des canaux bilatéraux. Le 6 août, les autorités de pêche des deux pays ont tenu une téléconférence en ligne, qui a abouti à un consensus positif et à de bons résultats. L'autorité chinoise de la pêche a décidé de mettre en œuvre un moratoire pour la pêche en haute mer à l'ouest de la réserve des îles Galapagos de septembre à novembre de cette année, ce qui a contribué à la protection des ressources halieutiques dans la région et a été apprécié par l'Équateur et d'autres pays concernés. Je voudrais réitérer que la Chine, grand pays de pêche responsable, attache une grande importance à la protection de l'environnement et des ressources maritimes et met en application les mesures de surveillance et de contrôle les plus strictes sur les navires de pêche à l'étranger. Nous continuerons de demander aux entreprises engagées dans la pêche hauturière de respecter strictement les lois et règlements pertinents.

Shenzhen TV : Nous avons remarqué que la sixième Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes se déroule selon une procédure écrite en raison de la pandémie de COVID-19, et c'est la première fois que la Chine participe à la Conférence en tant qu'État partie. Pouvez-vous partager plus de détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : La sixième Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes (TCA) se tient du 17 au 21 août selon une procédure écrite en raison de la pandémie de COVID-19. La Chine, pour la première fois, y participe en tant qu'État partie à la Conférence des États parties au TCA et a soumis une intervention écrite à la Conférence.

Dans son intervention écrite, la partie chinoise a avancé trois propositions sur le renforcement du TCA. Premièrement, améliorer l'universalité et l'efficacité du TCA et mener activement une coopération et une assistance internationales. Deuxièmement, renforcer l'interaction et la coordination entre les mécanismes de contrôle des armes conventionnelles dans le cadre de l'ONU, et aider l'ONU à jouer un rôle essentiel dans le contrôle des armes conventionnelles. Troisièmement, renforcer davantage le sens de la responsabilité dans le commerce des armes et appeler tous les États à ne pas vendre d'armes à des acteurs non étatiques et à cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures des États souverains par la vente d'armes.

La Chine a participé aux négociations du TCA du début à la fin et a déployé des efforts constructifs pour aboutir à la conclusion du TCA. Après l'entrée en vigueur du TCA, la Chine a participé, en tant qu'observateur, aux cinq précédentes Conférences des États parties. Le 6 juillet de cette année, nous avons déposé l'instrument d'adhésion au TCA auprès du Secrétaire général de l'ONU, ouvrant un nouveau chapitre dans les relations de la Chine avec le TCA. En tant que contributeur actif à la paix mondiale et ferme défenseur de l'ordre international, la Chine entend travailler ensemble avec toutes les parties, y compris les États parties au TCA, pour fédérer les espoirs et contribuer davantage à la mise en œuvre effective du TCA, à l'établissement d'un ordre réglementé du commerce des armes et à la sauvegarde de la paix et de la stabilité régionales et internationales.

Bloomberg : Selon des reportages, le Département d'État américain a adressé mardi une lettre aux universités américaines, disant que l'administration américaine adopterait des réglementations plus sévères en matière d'actionnariat, et avertissant les universités qu'elles devraient diminuer, avant cette date, la quantité d'actions chinoises qu'elles détiennent. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et les États-Unis sont l'un pour l'autre partenaires d'investissement et de financement importants. Les deux parties ont tiré d'énormes avantages économiques de leur coopération financière et obtenu des résultats gagnant-gagnant. Les barrières artificielles ne sont pas dans l'intérêt des marchés financiers des deux parties. Nous exhortons la partie américaine à créer un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises qui investissent et se développent aux États-Unis.

Beijing Youth Daily : Le 18 août, le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République fédérale de Somalie a condamné, dans une déclaration, la tentative de Taiwan de porter atteinte à la souveraineté de la Somalie et à son intégrité territoriale. Il a été rapporté plus tôt que la « représentation de Taiwan au Somaliland » avait été officiellement inaugurée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La tentative des autorités du Parti démocrate-progressiste (DPP) de s'engager dans des activités séparatistes sur la scène internationale n'aboutira pas et sera reniée par la communauté internationale. Je tiens à souligner encore une fois qu'il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et que Taiwan est partie intégrante de la Chine. Le principe d'une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales et un consensus de la communauté internationale. Je profite de cette occasion pour recommander aux parties concernées de ne pas se fier au hasard, de ne pas aller au contre-courant de leur époque, de ne pas défier le principe d'une seule Chine, sinon elles ne feront qu'attirer le feu sur elles-mêmes et récolter de ce qu'elles ont semé.

Beijing Daily : Le Président malien Ibrahim Boubacar Keita a annoncé sa démission à la suite d'une mutinerie militaire le 18 août. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine suit de près la situation au Mali. Nous nous opposons au changement de pouvoir par la force et d'autres moyens anormaux, et nous soutenons les organisations régionales et internationales concernées, en particulier l'Union africaine et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, dans leurs efforts pour un règlement pacifique de la crise au Mali. Nous appelons les parties concernées au Mali à prendre en compte les intérêts fondamentaux du pays et de son peuple, à résoudre pacifiquement les différends par le dialogue, et à rétablir l'ordre normal dans les meilleurs délais pour maintenir la stabilité et la solidarité nationales.

Global Times : Des manifestations de masse ont eu lieu à Minsk et ailleurs depuis la fin de l'élection présidentielle au Bélarus. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et le Bélarus, en tant que partenaires à toute épreuve, sont liés par un partenariat stratégique global basé sur la confiance mutuelle et la coopération gagnant-gagnant. La Chine respecte toujours le choix du peuple bélarussien en matière de développement en fonction des conditions nationales du pays, ainsi que ses efforts pour maintenir l'indépendance nationale, la souveraineté, la sécurité et le développement du pays. Nous avons noté l'apparition de facteurs complexes dans la situation intérieure du pays. En tant que bon ami et bon partenaire, nous ne voulons pas voir le chaos au Bélarus. Nous nous opposons à la création de divisions et de troubles par les forces étrangères au Bélarus. La Chine espère et a la certitude que le Bélarus est en mesure de maintenir la stabilité politique et la tranquillité sociale par ses propres efforts.

Bloomberg : Selon des sources d'information, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera probablement un déplacement en Europe. Pouvez-vous le confirmer ?

Zhao Lijian : La Chine et l'UE sont des partenaires stratégiques globaux. Les deux parties se soutiennent et s'entraident depuis la survenue de la pandémie de COVID-19 en maintenant une communication et une coordination étroites. Nous publierons les informations à ce sujet en temps utile.

Chosun Ilbo : Concernant la visite du membre du Bureau politique du Comité central du PCC Yang Jiechi en République de Corée, pourquoi Busan a-t-elle été choisie plutôt que la capitale Séoul ? Y a-t-il des considérations spécifiques ?

Zhao Lijian : La visite du Directeur Yang à Busan est un arrangement institutionnel décidé par les deux parties, au cours de laquelle il tiendra des consultations avec Suh Hoon, Directeur du Bureau de la Sécurité nationale de la République de Corée.

Envoyer ce lien à un ami 
     Imprimer
Copyright © 2009 Ambassade de la République populaire de Chine en République du Sénégal