Page d'accueil > Déclarations du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 30 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/04/30

CCTV : Selon des reportages, la Chine a lancé officiellement une série d’activités commémorant le 50e anniversaire du rétablissement du siège légitime de la République populaire de Chine au sein des Nations Unies. Pourriez-vous nous présenter les informations concernées ?

Wang Wenbin : En 1971, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 2758, rétablissant le siège légitime de la République populaire de Chine aux Nations Unies. Il s’agit d’un événement d’une grande importance historique qui marque aussi que les Nations Unies sont devenues véritablement l’organisation internationale la plus universelle et la plus représentative. Au cours des 50 dernières années, la Chine a toujours été un constructeur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde et un défenseur de l’ordre international, et elle n’a cessé d’apporter son tribut à la noble cause des Nations Unies en y apportant une contribution agissante.

Pour commémorer le 50e anniversaire du rétablissement du siège légitime de la République populaire de Chine à l’ONU, la Chine organisera une série d’activités dans de divers domaines, tels que les opérations de maintien de la paix de l’ONU, le développement économique, le développement social et culturel, l’éradication et la réduction de la pauvreté et l’environnement écologique. La Chine a déjà promu le 27 avril l’établissement du Groupe d’amis sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus des Nations Unies et en a pris la présidence. Hier, le Centre des affaires de maintien de la paix du Ministère chinois de la Défense nationale et le Département des opérations de paix (DPO) des Nations Unies ont organisé conjointement une réunion en ligne pour partager l’expérience en matière de maintien de la paix. Pour les autres activités commémoratives, nous publierons les informations concernées en temps opportun.

À partir de ce nouveau point de départ historique, la Chine continuera à défendre fermement le système international centré sur l’ONU, à préserver l’ordre international fondé sur le droit international, à sauvegarder l’autorité et le statut de l’ONU ainsi que le rôle central de l’ONU dans les affaires internationales. Nous continuerons à approfondir la coopération avec le système des Nations Unies et les autres pays du monde, à pratiquer le véritable multilatéralisme et à promouvoir la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

Bloomberg : La Directrice du renseignement national américain Avril Haines a déclaré qu’elle pensait que les opinions en faveur de l’« indépendance » se renforçaient au sein de Taiwan. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : La cause profonde de la tension actuelle des relations inter-détroit réside dans la provocation des autorités du Parti démocrate progressiste (PDP) et des forces séparatistes visant à l’« indépendance de Taiwan ». Je tiens à souligner que la Chine est fermement résolue à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale et que nous avons toute confiance et toute capacité pour faire échouer les actes séparatistes visant à l’« indépendance de Taiwan » sous toutes leurs formes. Les États-Unis devraient reconnaître pleinement le caractère nocif et dangereux de l’« indépendance de Taiwan », respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, faire preuve de prudence dans les paroles et les actions, et s’abstenir d’envoyer de signal erroné aux forces prônant l’« indépendance de Taiwan », afin d’éviter de porter gravement atteinte à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan et aux relations sino-américaines.

Agence de presse Xinhua : Vous venez de mentionner que la Chine a récemment promu l’établissement du Groupe d’amis sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus des Nations Unies. Il est entendu que c’est le premier mécanisme du genre créé sous l’initiative chinoise et présidé conjointement par la Chine. Pourriez-vous nous présenter plus d’informations sur ce groupe ?

Wang Wenbin : Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies sont un moyen important de maintenir la paix et la sécurité internationales, et les forces de maintien de la paix sont un atout précieux pour la paix internationale. Au cours des 70 dernières années depuis le lancement des opérations de maintien de la paix, plus de 3 000 Casques bleus venant de plus de 120 pays ont perdu la vie pendant leur mission. Il est triste de voir que, depuis le début de cette année, 49 Casques bleus ont sacrifié leur vie pour la cause du maintien de la paix.

La Chine est le deuxième plus grand contributeur au budget de maintien de la paix de l’ONU et un contributeur majeur de Casques bleus pour les missions de maintien de la paix, et est très attachée à la sécurité des soldats de la paix. Nous avons lancé conjointement le Groupe d’amis sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus des Nations Unies avec 49 pays et organisations régionales, y compris des membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, des pays majeurs des différentes régions et d’importants contributeurs en termes de troupes, de police et de financement pour les opérations de maintien de la paix ainsi que des pays d’accueil. L’objectif est de fournir une plateforme pour renforcer les échanges d’informations, la coordination des politiques et le développement des capacités, d’améliorer encore la sécurité des forces de maintien de la paix et d’assurer des progrès substantiels dans le renforcement de la sécurité des Casques bleus. Ce groupe est ouvert à tous, et les autres pays membres sont libres de nous contacter s’ils souhaitent rejoindre le mécanisme. Déployons des efforts conjoints et persistants pour protéger les soldats de la paix.

Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la Chine dans son siège légitime à l’ONU. La Chine est prête à tirer parti de cette occasion pour défendre fermement le multilatéralisme et approfondir la coopération avec les Nations Unies et à contribuer davantage à la paix et à la sécurité internationales.

RIA Novosti : Selon le Directeur de l’Agence du renseignement de la défense (DIA) des États-Unis Scott Berrier, la Chine et la Russie utilisent la pandémie de COVID-19 pour mener une guerre de l’information contre les gouvernements occidentaux. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le virus est un ennemi commun de l’humanité tout entière, et la communauté internationale doit s’unir pour y faire face. La Chine a activement promu la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie avec une attitude toujours ouverte et transparente.

Au contraire, certains politiciens aux États-Unis, au lieu d’adopter une attitude scientifique et coopérative après le début de la pandémie, ont politisé l’épidémie, étiqueté le virus, fait de gros efforts pour rejeter leurs responsabilités sur autrui et se retirer de traités et d’organisations internationaux, et diffusé de fausses informations. Les États-Unis sont équipés des technologies médicales les plus avancées à l’échelle mondiale, mais se sont réduits en un pays qui a le plus grand nombre de cas d’infection à la COVID-19 et de décès dus à celle-ci au monde. Les États-Unis sont la première puissance mondiale, mais ils sont devenus un destructeur de la coopération internationale contre la pandémie, ce qui a fait payer un lourd tribut au peuple américain et aux peuples du monde. Les États-Unis doivent en tirer les enseignements, cesser leur manipulation politique, et faire davantage de choses favorables à leur propre lutte contre la pandémie ainsi qu’à la coopération internationale sur ce front.

Global Times : Selon le journal danois Politiken, l’Ambassade des États-Unis au Danemark a contacté le journal la semaine dernière et lui a demandé de préciser s’il utilisait des équipements électroniques produits par cinq entreprises chinoises, à savoir Huawei, ZTE, Hytera, Hikvision et Dahua, en indiquant que s’il refusait de fournir les informations concernées ou utilisait les équipements de ces entreprises, l’Ambassade pourrait mettre fin à son abonnement au journal. Le reportage a également révélé que l’Ambassade des États-Unis au Danemark avait formulé des demandes similaires auprès d’autres « fournisseurs de services » danois et dit qu’il s’agissait d’une action générale des États-Unis dans le monde entier. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Comme je vous l’ai dit hier, aucun pays n’est mieux placé que les États-Unis pour porter l’étiquette de la diplomatie de la coercition. La nouvelle que vous avez mentionnée est un exemple vivant de la poursuite de la « diplomatie de la coercition » par les États-Unis.

La partie américaine ne se contente pas de réprimer vicieusement les entreprises chinoises par elle-même. Elle oblige également les autres pays à obéir à son « ordre », et exige même que les médias des autres pays suivent les instructions des États-Unis, sous peine de subir la « résiliation de l’abonnement ». C’est de la diplomatie de la coercition à cent pour cent.

Tout en prêchant la démocratie et le respect des règles, les États-Unis contraignent les autres pays à réprimer les entreprises chinoises. N’ont-ils pas honte ?

CCTV : Selon des reportages, le Réseau de groupes de réflexion et d’institutions académiques de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a publié un rapport l’autre jour, indiquant qu’au fur et à mesure de l’avancement continu de la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », la coopération avec la Chine des pays du continent eurasiatique dans des domaines d’intérêt commun, tels que la lutte contre la corruption, la gestion des défis environnementaux et le renforcement de la coopération économique, contribuerait à leur redressement économique et social dans l’ère post-COVID-19. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : J’ai pris note de ce rapport. Il reflète l’importance que la communauté internationale attache à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ».

La coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » poursuit le principe d’amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfices partagés, adhère à la vision d’une coopération ouverte, verte et intègre, et œuvre à une coopération de haut standard, au service du bien-être des peuples et marquée par la soutenabilité. Elle vise le développement, préconise le bénéfice mutuel et porte le message d’espoir. Au premier trimestre de cette année, les investissements directs non financiers de la Chine dans les pays le long de « la Ceinture et la Route » ont augmenté de 5,2% en glissement annuel, le montant total des nouveaux contrats de construction de projets a augmenté de 19,4%, et le service de fret ferroviaire Chine-Europe effectué et les marchandises transportées de la ligne ont respectivement augmenté de 75% et de 84% par rapport à la même période de l’année dernière. On peut dire que la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » jouit d’une forte résilience et d’une grande vitalité. En particulier, dans le contexte du choc de la pandémie de COVID-19, la coopération internationale dans le cadre de « la Ceinture et la Route » a joué encore un rôle important dans la lutte contre la pandémie, la stabilisation de l’économie et la protection du bien-être social des pays sur le continent eurasiatique.

Ces dernières années, l’OSCE a exprimé à diverses occasions son désir de développer ses relations avec la Chine. La Chine est disposée à continuer d’entretenir ses liens avec l’OSCE sur la base de l’égalité et du respect mutuel. Nous sommes également prêts à collaborer avec toutes les parties, y compris les pays du continent eurasiatique, pour relever les défis posés par la pandémie en faisant autant que nous pouvons, approfondir davantage la coopération pratique dans divers domaines, et faire aboutir à de nouveaux progrès la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », afin d’apporter des bénéfices aux populations de tous les pays et d’insuffler continuellement un nouvel élan dans la stabilité et la croissance économiques mondiales.

Beijing Media Network : Le Parti des citoyens australien (ACP) a publié dans sa revue, Australian Alert Service, un article intitulé Des politiciens australiens soutiennent les terroristes du « Turkestan oriental », dénonçant la collusion entre certains politiciens en Australie et l’« Association australienne du Turkestan oriental » (ETAA) qui fait avancer des complots antichinois. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons remarqué cet article. Il a révélé la nature séparatiste, terroriste et extrémiste de cette organisation australienne prônant la « séparation du Xinjiang », et a dénoncé le fait que certains politiciens antichinois australiens agissent en complicité avec l’organisation terroriste pour leurs intérêts égoïstes. L’article a révélé avec sagacité que l’ETAA, organisation étroitement liée au terrorisme et à l’extrémisme, agissait avec toute la liberté en Australie simplement parce que sa cible était la Chine. Comment l’Australie traitera-t-elle les menaces d’extrémisme violent contre elle-même ? Que penseraient les Australiens d’un pays qui aurait soutenu des organisations terroristes visant l’Australie ? Alors que certains médias occidentaux sont inondés de mensonges concernant le Xinjiang, de telles voix objectives et rationnelles montrent que la justice se trouve dans le cœur de chacun. Nous exhortons certains politiciens australiens à ne plus se tenir du mauvais côté de l’histoire et à cesser de soutenir les activités séparatistes antichinoises ainsi que les organisations terroristes, afin d’éviter de s’attirer des ennuis. Dans le même temps, nous sommes convaincus qu’il y aura de plus en plus de personnes clairvoyantes dans le monde qui feront entendre leur voix pour faire connaître la vérité au Xinjiang et défendre la justice.

Phoenix TV : Nous avons noté que le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi avait adressé un message de sympathie au Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar pour la situation de COVID-19 en Inde. Pourriez-vous fournir plus d’informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine suit de près l’évolution de la situation épidémique en Inde. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a adressé un message de sympathie à son homologue indien Subrahmanyam Jaishankar. La Chine est disposée à faire un maximum d’efforts pour soutenir l’Inde dans sa lutte contre la nouvelle vague d’épidémie.

Je tiens également à vous dire que tous les milieux de la société chinoise sont passés à l’action. La Société de la Croix-Rouge de Chine, des gouvernements locaux ainsi que de nombreuses organisations amicales populaires et entreprises chinoises font de leur mieux pour trouver les fournitures antiépidémiques dont l’Inde a un besoin urgent et les livrer au peuple indien au plus vite possible.

Selon des statistiques provisoires, depuis avril, la Chine a exporté vers l’Inde au total plus de 26 000 ventilateurs et concentrateurs d’oxygène, plus de 15 000 moniteurs, ainsi que près de 3 800 tonnes de matériel médical et de médicaments. Les entreprises chinoises de matériel antiépidémique et d’équipement médical tournent à plein régime et font des heures supplémentaires pour augmenter la production. Dans les quelques jours à venir, davantage de fournitures antiépidémiques seront envoyées en Inde pour soutenir son combat contre la COVID-19. De nombreux dons et achats dans ce domaine se passent par des canaux non officiels. Si vous vous y intéressez, vous pourrez également vous renseigner auprès du gouvernement indien, ce qui vous permettra de mieux comprendre la situation réelle.

De plus, à ma connaissance, les frets aériens entre la Chine et l’Inde fonctionnent normalement. Au cours des deux dernières semaines, de nombreux vols de fret des compagnies aériennes chinoises sont partis de la Chine vers l’Inde. Les autorités compétentes de la Chine ont déjà fourni à l’Inde des facilités pour le dédouanement et le transport des matériaux tels que des cuves de stockage pour oxygène liquide et des concentrateurs d’oxygène depuis plusieurs villes chinoises. La Chine continuera d’assurer la fluidité de l’exportation des matériaux vers l’Inde.

Bloomberg : Premièrement, plus tôt cette semaine, l’Union européenne (UE) a déclaré qu’elle envisageait de répondre à la menace économique de plus en plus grave posée par la Chine et de publier de nouvelles politiques visant les entreprises d’État étrangères. La Chine pense-t-elle que cela montre que l’UE a adopté une position plus dure à l’égard de la Chine et s’est jointe aux États-Unis dans une approche contre la Chine ? Deuxièmement, la Chine craint-elle que le Parti vert allemand remporte les élections générales en septembre prochain, rendant la plus grande économie européenne plus sceptique envers la Chine ?

Wang Wenbin : Pour la première question, je ne suis pas au courant des détails des politiques concernées qui seront publiées par l’UE et je vous conseille de vous renseigner auprès des autorités compétentes chinoises. En principe, je peux vous dire que la Chine et l’UE sont toutes deux des forces importantes dans la construction d’une économie mondiale ouverte. Les deux parties devraient continuer d’élargir l’accès aux marchés, de promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements, de réduire les barrières commerciales et surtout d’éviter d’en ajouter de nouvelles, afin de créer un environnement d’affaires ouvert, transparent et non discriminatoire pour l’investissement et le développement des entreprises.

En ce qui concerne la deuxième question, la Chine attache une grande importance aux échanges et aux dialogues avec les partis politiques allemands, y compris le Parti vert, pour renforcer la connaissance mutuelle. La différence de valeurs ne doit pas entraver les échanges et les dialogues. La Chine s’oppose aux accusations injustifiées contre elle basées sur des mensonges et des rumeurs, et s’oppose à la politisation des investissements économiques et commerciaux et de la coopération des entreprises normaux.

Agence de presse Xinhua : Selon des reportages, un conflit armé a éclaté hier dans la zone frontalière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan, faisant un lourd bilan de morts et de blessés. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a remarqué les reportages concernés. Nous avons également appris que les deux parties étaient parvenues à un accord de cessez-le-feu global sur le conflit frontalier, et que les dirigeants des deux pays avaient déclaré qu’ils résoudraient le conflit frontalier par des négociations.

Le Kirghizistan et le Tadjikistan sont tous deux des voisins amis et des partenaires stratégiques globaux de la Chine. Nous espérons et sommes convaincus que les deux parties pourront résoudre adéquatement les problèmes et les divergences dans un esprit de respect mutuel et de consultation amicale pour maintenir conjointement la paix et la stabilité régionales.

*********************************

Wang Wenbin : Selon le calendrier des jours fériés pour la Fête du Travail, la conférence de presse régulière du Ministère des Affaires étrangères sera suspendue du 1er au 5 mai, et reprendra le 6 mai. Pendant ce temps-là, vous pourrez poser vos questions au Bureau des porte-parole par fax, email ou WeChat.

Bonne fête à vous tous ! Pendant la fête, n’oubliez pas les mesures de protection antiépidémique. À la prochaine conférence !

Envoyer ce lien à un ami 
     Imprimer
Appendix:
Copyright © 2009 Ambassade de la République populaire de Chine en République du Sénégal