Page d'accueil > Déclarations du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 4 juin 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/06/04

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, l'Envoyé spécial du Président indonésien, Coordinateur du gouvernement indonésien pour la coopération avec la Chine et Ministre coordinateur Luhut Binsar Pandjaitan va effectuer une visite en Chine du 5 au 9 juin. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre coordinateur Luhut Binsar Pandjaitan vont co-présider la réunion inaugurale du mécanisme de dialogue et de coopération de haut niveau Chine-Indonésie à Guiyang.

CCTV : La Chine vient d'annoncer que le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et l'Envoyé spécial du Président indonésien Luhut Binsar Pandjaitan vont co-présider la réunion inaugurale du mécanisme de dialogue et de coopération de haut niveau Chine-Indonésie. Pourriez-vous fournir plus d'informations concernant cette réunion ? Comment la Chine voit-elle ses relations avec l'Indonésie à l'heure actuelle ?

Wang Wenbin : Le mécanisme de dialogue et de coopération de haut niveau Chine-Indonésie résulte de l'intégration des trois mécanismes au niveau de Vice-Premier Ministre existants entre les deux pays en matière de sécurité politique, d'économie et d'échanges humains et culturels. Il aidera les deux parties à mieux mettre en commun leurs ressources, à former une plus grande synergie et à faire progresser la coopération bilatérale de manière plus complète, plus approfondie, plus efficace et plus pragmatique dans la période post-COVID-19.

La réunion inaugurale du mécanisme revêt une grande importance, et les deux parties y nourrissent de grandes attentes. L'Envoyé spécial du Président indonésien, Coordinateur du gouvernement indonésien pour la coopération avec la Chine et Ministre coordinateur Luhut Binsar Pandjaitan, mandaté par le Président indonésien Joko Widodo, viendra spécialement en Chine pour cet événement, ce qui démontre la grande importance que l'Indonésie attache aux relations sino-indonésiennes et à cette réunion. Conformément au consensus stratégique atteint par les deux Chefs d'État, les deux parties planifieront globalement le développement des relations bilatérales, et échangeront leurs points de vue sur la coopération dans des domaines clés tels que la politique, l'économie, les échanges humains et culturels, les affaires maritimes ainsi que la lutte contre la pandémie de COVID-19, pour faire en sorte que le partenariat stratégique global Chine-Indonésie enregistre de plus grands progrès dans la nouvelle ère.

La Chine et l'Indonésie sont toutes deux d'importants grands pays en développement et des économies émergentes avec beaucoup de langage commun, de vastes intérêts convergents et un très large espace de coopération. Face à la COVID-19, la Chine et l'Indonésie se sont entraidées pour surmonter ensemble les difficultés et ont fait progresser activement la coopération en matière de lutte contre la pandémie et de développement, servant de modèles à suivre en matière de coopération sincère, de bénéfice mutuel et de gagnant-gagnant. La Chine est prête à travailler avec l'Indonésie pour continuer à mettre en œuvre le consensus trouvé entre les deux Chefs d'État, faire un bon et plein usage de la plateforme du mécanisme de dialogue et de coopération de haut niveau, faire en sorte que les relations amicales entre les deux pays portent davantage de résultats fructueux dans la période post-COVID-19 et bénéficier aux peuples des deux pays et les autres pays de la région.

Financial Times : Anthony Fauci a appelé la Chine à partager les dossiers médicaux de neuf Chinois, dont trois personnes de l'Institut de virologie de Wuhan tombées malades à la fin de 2019. La Chine est-elle disposée à rendre ces dossiers publics ?

Wang Wenbin : L'Institut de virologie de Wuhan de l'Académie chinoise des sciences a déjà publié une déclaration concernée le 23 mars. Selon la déclaration, l'Institut de virologie de Wuhan n'a pas été exposé à la COVID-19 avant le 30 décembre 2019, et aucune infection par le nouveau coronavirus n'a été signalée parmi son personnel et ses étudiants-chercheurs jusqu'à présent.

En janvier dernier, la mission conjointe Chine-OMS a visité des institutions telles que le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) de la province du Hubei, le CDC municipal de Wuhan et l'Institut de virologie de Wuhan, ainsi que divers laboratoires de biosécurité, tout en menant des échanges scientifiques approfondis et francs avec des experts des institutions concernées. Après les visites sur le terrain et des études approfondies en Chine, le groupe d'experts est convenu à l'unanimité que l'hypothèse selon laquelle le virus se serait échappé d'un incident d'un laboratoire chinois était extrêmement improbable.

En même temps, je tiens à souligner qu'il y a de plus en plus de reportages selon lesquels le virus et la pandémie de COVID-19 sont apparus dans plusieurs régions du monde au cours du second semestre de 2019, et que la communauté internationale est très préoccupée par les points douteux du laboratoire biologique américain à Fort Detrick et par les vrais objectifs de l'installation par les États-Unis de plus de 200 laboratoires biologiques à travers le monde. Nous espérons que les États-Unis pourront, à l'instar de la Chine, adopter une attitude scientifique et coopérative, inviter les experts de l'OMS aux États-Unis pour effectuer des études de traçage, et donner le plus tôt possible une explication responsable à la communauté internationale sur la situation réelle de Fort Detrick et des plus de 200 laboratoires biologiques établis par eux dans le monde entier afin d'apporter une contribution qui leur incombe à la victoire rapide de l'humanité sur la pandémie de COVID-19 et à de meilleures capacités pour faire face aux urgences de santé publique à l'avenir.

Reuters : Aujourd'hui, le Japon fournira gratuitement à Taiwan 1,24 million de doses de vaccins d'AstraZeneca contre la COVID-19, soit plus de deux fois plus que le stock actuel à Taiwan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Le Japon a suggéré qu'il s'agissait d'un geste amical. La Chine est-elle d'accord avec cela ?

Wang Wenbin : J'ai pris note des reportages concernés et j'ai également exprimé l'attitude de la Chine à ce sujet auparavant. La partie continentale de la Chine et Taiwan forment une famille liée par le sang. Nous partageons l'épreuve que traversent nos compatriotes à Taiwan face à une pandémie grave. Nous indiquons toujours clairement que nous sommes prêts à faire de notre mieux pour les aider à surmonter les difficultés le plus rapidement possible.

Cependant, malgré la bonne volonté de la partie continentale de la Chine et l'empressement des compatriotes taiwanais à utiliser les vaccins produits par la partie continentale, les autorités du Parti démocrate progressiste (PDP) ont essayé par tous les moyens d'entraver l'importation de vaccins de la partie continentale à Taiwan, et ont même prétendu de façon fallacieuse que la partie continentale avait entravé leurs achats de vaccins. Pour leurs propres intérêts politiques égoïstes, les autorités du PDP continuent de se livrer à la manipulation politique dans la coopération antiépidémique, méprisant la vie et la santé de nos compatriotes taiwanais et violant l'esprit humanitaire fondamental.

La prévention et le contrôle épidémiques sont la tâche la plus importante et la vie doit être la priorité absolue. Je voudrais conseiller aux autorités taiwanaises de se concentrer sur la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le respect de la science, d'éliminer les obstacles politiques artificiels et de veiller à ce que la vie, la santé, les droits, les intérêts et le bien-être de nos compatriotes taiwanais soient efficacement protégés.

La Chine a toujours soutenu la coopération antiépidémique et a apporté une contribution active à cette fin. Nous espérons que les parties concernées mettront sérieusement en œuvre l'intention initiale de sauver des vies avec le don des vaccins, plutôt que d'être obsédées par des spectacles politiques.

Shenzhen TV : Récemment, le Forum 2021 de coopération entre les médias de la Chine et de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (l'ASEAN) s'est tenu en ligne et hors ligne. À l'occasion du 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN, quelles significations spéciales ce forum revêt-il pour le futur développement des relations Chine-ASEAN ?

Wang Wenbin : Le 2 juin, le Forum 2021 de coopération entre les médias de la Chine et de l'ASEAN, organisé par l'Administration chinoise de publication et de distribution en langues étrangères et le Centre Chine-ASEAN, s'est tenu avec succès. Des fonctionnaires, experts et universitaires, ainsi que des représentants des médias et des think tanks de Chine et des dix pays membres de l'ASEAN ont eu des échanges et discussions autour du thème « Trente ans après : un nouveau chapitre pour la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et l'ASEAN ».

Cette année marque le 30e anniversaire de l'établissement des relations de dialogue entre la Chine et l'ASEAN. Les échanges et la coopération dans le domaine des médias, en tant que composante importante des relations Chine-ASEAN, jouent un rôle important dans la promotion du développement des relations bilatérales et dans le renforcement des échanges et de l'apprentissage mutuel entre les civilisations. Les participants au forum ont dit que les médias de la Chine et des pays de l'ASEAN devraient mettre en valeur leurs propres avantages, bien raconter les histoires de coopération des 30 dernières années, et contribuer, par la sagesse et la force, à la promotion de la coopération amicale entre la Chine et l'ASEAN et à la construction d'une communauté d'avenir partagé Chine-ASEAN.

La Chine est prête à travailler avec l'ASEAN pour saisir l'opportunité offerte par le 30e anniversaire de l'établissement de leurs relations de dialogue, faire le bilan des expériences du passé, planifier l'avenir, réaliser une montée en gamme de la coopération bilatérale dans divers domaines dont les médias, et porter les relations Chine-ASEAN à un nouveau niveau.

Kyodo News : Les garde-côtes chinois patrouillent au large des « îles Senkaku » depuis 112 jours consécutifs, ce qui est la plus forte « intervention » de la Chine depuis que le gouvernement japonais a « nationalisé » les « îles Senkaku » en 2012. Le Japon a protesté contre cela à de nombreuses reprises. Quels sont les avis de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : L'île Diaoyu et ses îlots affiliés font partie intégrante du territoire chinois. Les activités de patrouille et d'application de la loi menées par les garde-côtes chinois dans ces eaux sont des mesures légitimes de la Chine pour exercer la souveraineté conformément à la loi. Nous exhortons le Japon à respecter le consensus de principe en quatre points entre la Chine et le Japon et à défendre conjointement la paix et la stabilité en Mer de Chine orientale.

Reuters : Le Président Joe Biden a signé jeudi un décret interdisant aux entités américaines d'investir dans des dizaines d'entreprises chinoises ayant des liens présumés avec les départements chinois de la défense nationale ou des technologies de surveillance. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? Sachant que cette mesure ressemble à des décrets annoncés par Donald Trump, quelle est donc la perception de la Chine ?

Wang Wenbin : Le gouvernement américain généralise le concept de la sécurité nationale et abuse du pouvoir d'État pour réprimer et restreindre les entreprises chinoises par tous les moyens possibles. La Chine s'y oppose fermement. Les actes des États-Unis ont violé la loi du marché et sapé les règles et l'ordre du marché. Ces actions ont porté atteinte non seulement aux droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, mais aussi aux intérêts des investisseurs mondiaux, y compris les investisseurs américains. La Chine exhorte les États-Unis à respecter les lois et les principes du marché, à révoquer toutes sortes de listes formulées pour réprimer les entreprises chinoises, et à fournir un environnement d'affaires et d'investissements équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises. La Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légitimes et légaux des entreprises chinoises.

Bloomberg : Les médias officiels chinois ont salué les deux entretiens téléphoniques récents du Vice-Premier Ministre Liu He avec la partie américaine comme un symbole du début d'échanges commerciaux et économiques normaux entre la Chine et les États-Unis. Mes questions sont les suivantes : La « liste noire » des États-Unis sapera-t-elle les efforts visant à rétablir les échanges commerciaux et économiques normaux entre la Chine et les États-Unis ? Compte tenu de cette « liste noire », quelle sera la prochaine étape du développement des relations sino-américaines ?

Wang Wenbin : Je tiens à souligner que les relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis sont par essence mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, et que les deux parties partagent de vastes intérêts communs. En ce qui concerne les problèmes survenus dans les relations économiques et commerciales entre les deux pays, nous soutenons toujours qu'ils doivent être résolus adéquatement dans un esprit de respect mutuel et de consultation sur un pied d'égalité. Nous nous opposons fermement à la politisation des questions économiques et commerciales et à l'abus du concept de sécurité nationale et de l'appareil de sécurité de l'État par les États-Unis pour réprimer et restreindre gratuitement les entreprises chinoises. Nous exhortons les États-Unis à respecter les lois et principes du marché et à fournir aux entreprises chinoises un environnement d'affaires et d'investissements équitable, juste et non discriminatoire.

Beijing Youth Daily : Le forum de l'amitié non gouvernementale de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) s'est ouvert avec succès hier. Quelle est la signification de ce forum alors que l'OCS célèbre le 20e anniversaire cette année ?

Wang Wenbin : Le 3 juin, le forum d'amitié non gouvernemental de l'OCS s'est ouvert à Wuhan. Il s'agit du premier forum de haut niveau organisé par l'OCS sur le thème de l'amitié entre les peuples, et d'un événement important organisé par la partie chinoise cette année pour célébrer le 20e anniversaire de la création de l'OCS. La Chine attache une grande importance à ce forum. Le Président Xi Jinping a envoyé une lettre de félicitations au forum, dans laquelle il s'est dit convaincu que le forum deviendrait une plateforme importante permettant à toutes les parties d'améliorer la compréhension, d'approfondir l'amitié et de renforcer la coopération. M. Xi a dit espérer que toutes les parties resteront attachées à « l'esprit de Shanghai », s'en tiendront à l'aspiration initiale de l'OCS, s'entraideront, se prêteront assistance et approfondiront la coopération. M. Xi a souligné la nécessité de mettre en valeur les avantages de la diplomatie non gouvernementale et d'élargir les canaux d'échanges entre les peuples de divers pays, afin d'apporter une contribution agissante au développement de l'OCS.

Ce forum est placé sous le thème « Promouvoir l'amitié entre les peuples et transmettre l'esprit de Shanghai ». Shen Yueyue, Vice-Présidente du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) et Présidente du Comité de bon voisinage, d'amitié et de coopération de l'OCS, a participé à la cérémonie d'ouverture et y a prononcé un discours. Des hommes politiques des États membres concernés de l'OCS, le Secrétaire général de l'OCS, les diplomates des pays concernés en Chine et les représentants d'organisations non gouvernementales y ont participé en ligne ou hors ligne.

Depuis l'année dernière, face à la pandémie de COVID-19, les pays de l'OCS ont mené de vastes échanges et coopération non gouvernementaux, apportant un soutien énergique aux différentes parties dans leur lutte contre la pandémie et démontrant pleinement la grande force de la compréhension mutuelle entre les peuples. La tenue de ce forum de l'amitié non gouvernementale de l'OCS contribuera à encourager tous les secteurs sociaux des pays de l'OCS à s'engager activement dans la cause de l'amitié populaire, à renforcer le sens de la communauté d'avenir partagé, à améliorer leur compréhension mutuelle, et à renforcer leur coopération amicale, afin d'assurer ensemble un plus grand progrès de l'OCS dans les nouvelles circonstances.

Agence de presse Xinhua : La communauté internationale suit toujours de près l'atterrissage forcé d'un avion de Ryanair. Une chaîne de télévision du Bélarus a produit et diffusé une émission d'investigation sur cette affaire. L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a décidé à la fin du mois dernier de lancer une enquête en vue d'établir les faits sur l'incident. Les États-Unis ont repris les sanctions économiques contre neuf entreprises d'État du Bélarus depuis le 3 juin. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages concernés. Les parties concernées doivent évaluer et traiter cet incident conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi qu'au droit international et sur la base des faits et des preuves. Elles doivent s'abstenir d'adopter toute approche sélective et le « deux poids deux mesures » et éviter toute politisation. Nous espérons que toutes les parties réagiront de manière rationnelle et traiteront l'affaire conformément à la loi.

Financial Times : Première question, je voudrais poursuivre la question sur les dossiers médicaux des neuf personnes. Ces dossiers peuvent-ils être rendus publics ? Deuxième question, vous venez de mentionner que personne n'a été infecté par le nouveau coronavirus avant décembre 2019, alors est-ce que ces personnes ont souffert d'autres maladies potentielles ? La Chine est-elle prête à partager leurs dossiers médicaux ?

Wang Wenbin : Je vais répondre à ces deux questions ensemble. Je viens d'exposer la position de la Chine sur les questions concernées. Je tiens également à vous dire que selon des médias américains, en avril de l'année dernière, Francis Collins, Directeur de l'Institut national de la Santé (NIH) aux États-Unis, a écrit à de nombreux responsables d'établissements de recherche américains, dont Anthony Fauci, indiquant que les propos prétendant que le nouveau coronavirus « provient d'un laboratoire de Wuhan » constituent une théorie du complot. Il y a peu de temps, nous avons vu qu'un journaliste américain du nom de Michael Gordon, en citant une soi-disant information non divulguée en provenance des États-Unis, faisait du battage médiatique sur les fausses informations prétendant une prétendue « fuite du nouveau coronavirus d'un laboratoire de Wuhan » sur la base de l'information selon laquelle « trois membres du personnel de l'Institut de virologie de Wuhan étaient tombés malades ». C'est justement ce journaliste qui avait concocté de fausses nouvelles sur « l'intention de l'Irak d'obtenir des armes nucléaires » il y a 19 ans par des moyens de falsification sans fondement, ce qui a directement incité les États-Unis à déclencher la guerre en Irak. Aujourd'hui, c'est toujours cette personne qui utilise une méthode similaire pour citer de manière mensongère des sources anonymes pour refaire du tapage autour de la « fuite du nouveau coronavirus d'un laboratoire de Wuhan ». Cela n'a aucune crédibilité.

Concernant le traçage de l'origine du virus, de nombreux experts de la communauté internationale ont fait entendre des voix rationnelles et objectives. Par exemple, Peter Daszak, membre du groupe international d'experts de l'OMS en charge du traçage du nouveau coronavirus et Président de l'Alliance EcoHealth, a déclaré dans une interview accordée à un média américain : « Il n'y a aucune preuve montrant que le virus a été fabriqué en laboratoire, ni aucune preuve montrant que ce virus est jamais apparu en laboratoire. Nous avons mené ensemble des enquêtes sur le terrain avec des scientifiques chinois et étudié conjointement plus de 500 coronavirus dérivés de chauves-souris. Nous avons soigneusement analysé toutes les données générées par leurs laboratoires. Nous avons coopéré avec l'Institut de virologie de Wuhan pendant 15 ans, nous connaissons tout ce qu'ils ont fait et savons qu'il n'existe pas de nouveau coronavirus dans leurs laboratoires. Au cours des 15 dernières années, je n'ai jamais vu aucun de leurs chercheurs mentir et je n'ai jamais trouvé d'anomalie dans l'Institut de virologie de Wuhan. La soi-disant fuite du virus de l'Institut de virologie de Wuhan n'a jamais eu lieu. » Nous espérons que les personnes et les médias qui font du tapage sur la « théorie de la fuite de laboratoire » pourront prêter attention et faire face à ces voix objectives et rationnelles.

Nous espérons également que les États-Unis pourront faire face aux préoccupations nationales et internationales et donneront une explication effective sur la dissimulation délibérée de la vérité sur le laboratoire biologique de Fort Detrick.

Financial Times : Votre réponse indique-t-elle que la Chine ne partagera pas les dossiers médicaux des personnes impliquées ?

Wang Wenbin : Je viens de mentionner que l'Institut de virologie de Wuhan a publié une déclaration concernée le 23 mars selon laquelle l'Institut n'avait jamais été exposé à la COVID-19 avant le 30 décembre 2019 et qu'aucune infection par le nouveau coronavirus n'avait été signalée parmi son personnel et ses étudiants-chercheurs. Nous sommes convaincus que tous ceux qui respectent les faits et la vérité pourront trouver la réponse dans cette déclaration.

Global Times : Selon des reportages, les États-Unis ont accordé l'immunité aux criminels de guerre de l'Unité 731 de l'armée d'agression japonaise, en échange des données que cette unité avait accumulées lors de ses expériences sur l'homme, sur les germes, sur la guerre bactérienne et sur les gaz toxiques pour faciliter leurs propres recherches sur les armes biologiques. C'est sur cette base que Fort Detrick a pu connaître un développement rapide pour se transformer en une base de recherche et de développement (R&D) des armes biologiques des États-Unis. Aujourd'hui, cette base abrite toujours un laboratoire biologique P4 de l'armée américaine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai remarqué les reportages concernés, selon lesquels sur la couverture des trois rapports d'expériences humaines de l'Unité 731, à savoir le Report « A » (Maladie du charbon), le Report « G » (Morve) et le Report « Q » (Peste), a été écrit « Commandement de R&D du Corps chimique, Laboratoires de Guerre biologique, Fort Detrick, Frederick, Maryland » et « Retournez cette correspondance à... le Quartier général d'après-guerre pour les dossiers », et a été estampillé à l'encre noire « Bibliothèque technique, Base de recherche Dugway ». Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont envoyé des experts en guerre bactériologique de Fort Detrick au Japon pendant plusieurs années pour se renseigner sur la guerre bactériologique du Japon, notamment auprès de Shiro Ishii, chef de l'Unité 731, ainsi que d'autres membres clés de l'Unité. Afin d'obtenir des données et des documents sur la guerre bactériologique de l'Unité 731, les États-Unis ont payé 250 000 yens. Ils ont même dissimulé au monde entier les crimes odieux de Shiro Ishii et de l'Unité 731, et ont fait de Shiro Ishii un consultant d'armes biologiques de Fort Detrick.

Les médias américains ont également révélé que Fort Detrick stockait un grand nombre de virus qui constituaient une menace sérieuse pour la sécurité humaine, et cachait de nombreux risques et failles de sécurité. Selon l'analyse des experts, la répartition des plus de 200 laboratoires américains dans le monde est très similaire à celle des endroits où certaines maladies et virus dangereux ont été identifiés pour la première fois. À la lumière de l'histoire de la collusion entre l'armée américaine et l'Unité 731, nous sommes curieux de savoir quand seront éclairés les doutes sur les activités de biomilitarisation menées par les États-Unis sur leur territoire et à l'étranger, et quand donneront les États-Unis une réponse à la communauté internationale ?

Nikkei : Selon des informations, la Chine organisera à Chongqing la semaine prochaine un entretien entre les Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays de l'ASEAN. Avez-vous des informations disponibles à nous fournir ?

Wang Wenbin : Je n'ai rien à publier pour le moment.

RIA Novosti : Après l'atterrissage forcé d'un avion de Ryanair, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a renforcé son avertissement, appelant les États membres de l'Union européenne (UE) à demander à leurs compagnies aériennes d'éviter de survoler le Bélarus. La Chine a-t-elle demandé à ses compagnies aériennes de contourner l'espace aérien du Bélarus ?

Wang Wenbin : Je n'ai pas entendu parler de la situation que vous avez mentionnée. Vous pouvez vous renseigner auprès des autorités compétentes. Je tiens à réitérer que sur cette question, nous espérons que toutes les parties réagiront de manière rationnelle, traiteront la question conformément à la loi et éviteront toute politisation.

NHK : Le zoo d'Ueno du Japon a publié une information, indiquant que le panda géant « Shin Shin » pourrait être enceinte. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Je n'ai pas encore lu les reportages concernés. Ce que je voudrais dire, c'est que le panda géant est un trésor national et une carte de visite de la Chine, et est profondément aimé par les peuples de tous les pays, y compris le Japon. Il est sans aucun doute un envoyé de l'amitié. Nous souhaitons que « Shin Shin » puisse donner naissance à ses petits avec tout le succès.

La question suivante a été posée après la conférence de presse :

China News Service : Quels sont les résultats obtenus lors du quatrième dialogue tripartite des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan qui s'est tenu hier ?

Wang Wenbin : Hier, le quatrième dialogue tripartite des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan s'est tenu par liaison vidéo. Présidé par le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le dialogue a vu la participation du Ministre afghan des Affaires étrangères Mohammad Hanif Atmar et du Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi. Les trois parties ont échangé des points de vue de façon approfondie sur des sujets comme le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan et la coopération tripartite Chine-Afghanistan-Pakistan. La réunion a publié la Déclaration conjointe du quatrième dialogue tripartite des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan, y compris la Déclaration conjointe sur le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan et la Déclaration conjointe sur l'approfondissement de la coopération tripartite, et a adopté la Liste des projets de coopération pragmatique du quatrième dialogue tripartite des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan. Les trois parties ont fait des commentaires positifs sur le progrès de la coopération tripartite, sont convenues que le dialogue tripartite des Ministres des Affaires étrangères Chine-Afghanistan-Pakistan constituait une plateforme importante pour les trois pays en vue d'améliorer les connaissances mutuelles, d'approfondir la confiance réciproque et de promouvoir la coopération, et ont exprimé la volonté de continuer d'approfondir le développement de ce mécanisme.

La Chine, l'Afghanistan et le Pakistan sont liés par des montagnes et des eaux et partagent heurs et malheurs. La sécurité de l'Afghanistan a une influence directe sur la stabilité et la prospérité économique de la région. L'objectif principal de ce dialogue est de renforcer la communication et la coopération tripartites à ce stade clé de l'évolution de la situation afghane pour former une synergie sur la promotion de la paix et le maintien de la stabilité, et faire en sorte que la situation afghane se développe dans une direction conforme aux intérêts communs de l'Afghanistan et des pays de la région.

Les trois parties sont parvenues à un consensus important sur des sujets tels que le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, l'approfondissement de la coopération pragmatique tripartite et la coopération en matière de sécurité antiterroriste. Les trois parties sont convenues unanimement qu'il fallait promouvoir efficacement le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan pour réaliser rapidement un cessez-le-feu et mettre fin aux violences. Le retrait des troupes étrangères doit se dérouler de façon responsable et ordonnée pour éviter la détérioration de la situation sécuritaire en Afghanistan et le retour des forces terroristes. La résolution de la question de l'Afghanistan doit se conformer strictement au principe d'un processus de paix « dirigé et pris en charge par les Afghans ». Les trois parties soutiennent l'Afghanistan pour qu'il devienne un pays indépendant, souverain et neutre qui poursuit une politique musulmane modérée, lutte fermement contre le terrorisme et s'entend bien avec les autres pays, notamment ses pays voisins.

Les trois parties sont convenues d'explorer des moyens efficaces pour approfondir la coopération tripartite dans le contexte de la COVID-19, de renforcer la coopération dans la lutte contre la pandémie, l'amélioration du bien-être du peuple et les échanges humains et culturels, et d'élargir considérablement la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » en Afghanistan, de manière à apporter plus d'avantages aux populations de la région.

Les trois parties ont réitéré le consensus de lutter conjointement contre le terrorisme sous toutes ses formes, et souligné qu'il fallait rejeter le « deux poids deux mesures » dans la lutte contre le terrorisme, interdire à tous les organisations et individus terroristes d'utiliser leurs territoires respectifs pour engager des activités criminelles contre d'autres pays, renforcer la lutte conjointe contre les forces terroristes, dont le « Mouvement islamique du Turkestan oriental », et sauvegarder la sécurité et la stabilité régionales.

La Chine et le Pakistan ont réaffirmé leur ferme soutien à la paix et à la reconstruction en Afghanistan, et leur volonté d'élargir les échanges économiques et commerciaux avec l'Afghanistan et d'aider l'Afghanistan à renforcer sa capacité de développement autonome pour favoriser un développement durable du pays et de la région. L'Afghanistan et le Pakistan ont exprimé leur volonté de renforcer la communication et la coordination, d'approfondir la confiance politique mutuelle et de créer conjointement les perspectives de paix et de coopération.

Envoyer ce lien à un ami 
     Imprimer
Appendix:
Copyright © 2009 Ambassade de la République populaire de Chine en République du Sénégal