Page d'accueil > Activités de l'Ambassade
La paix et la stabilité, socle du développement et de la prospérité
L'article signé par S.E.M ZHANG Xun à Le Soleil
2019/08/21
 

         Le 20 août, Le Soleil a publié l'article signé par S.E.M. ZHANG Xun sur la situation actuelle de Hongkong. Voici le texte intégral :

     

La paix et la stabilité, socle du développement et de la prospérité

-- S. E.M. ZHANG Xun, Ambassadeur de Chine, explique la situation actuelle à Hong Kong

        Depuis le mois de juin dernier, une série de manifestations et des épisodes de violence ont eu lieu à Hong Kong. Ces derniers jours, les manifestations violentes produites à l'Aéroport de Hong Kong ont totalement paralysé ce hub international, ce qui a attiré l'attention particulière de la communauté internationale, y compris celle des amis Sénégalais. A cette occasion je voudrais vous expliquer ce qui se passe.

        I. En juin dernier, le Gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a proposé la modification de l'Ordonnance sur les criminels fugitifs et de l'Ordonnance sur l'entraide judiciaire en matière pénale, ce qui vise à incorporer la coopération de remise des délinquants fugitifs et l'entraide judiciaire en matière pénale entre Hong Kong et les autres parties de Chine dans le champ d'application des Ordonnances, en vue de mieux lutter contre la criminalité et de mettre en évidence la primauté du droit et de la justice. En effet, Hong Kong a respectivement conclu des accords sur la remise des délinquants fugitifs et sur l'entraide judiciaire en matière pénale avec 19 et 30 pays et régions du monde. Mais il n'existe pas encore un tel accord entre Hong Kong et la Chine continentale, Macao et Taiwan. Hong Kong, rétrocédée depuis plus de 20 ans et partie intégrante de la Chine, ne peut néanmoins mener une telle coopération avec d'autres parties du pays. C'est normal de combler les lacunes du système judiciaire.

        Cependant, certains radicaux, sous prétexte de « s'opposer à la modification des Ordonnaces », répandent des rumeurs, suscitent la panique et trompent le public, allant même jusqu'à créer délibérément des violences telles que la prise d'assaut du Complexe du Conseil législatif de Hong Kong et du siège du Bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la RAS, la dégradation de l'emblème national, l'insulte au drapeau national et l'attaque aux policiers. Toutes ces tentatives ne sont plus les manifestations pacifiques, non seulement menacent gravement la sécurité publique et l'ordre social, mais aussi heurtent sévèrement l'Etat de droit, la stabilité et la vie de la population de Hong Kong. Certains ont même réclamé « l'indépendance de Hong Kong », c'est un défi flagrant au principe « un pays, deux systèmes ».

        II. Certains considèrent les modifications des Ordonnances comme une intervention du gouvernement central chinois dans l'« autonomie » de Hong Kong et une preuve de la régression démocratique à Hong Kong. C'est pourquoi elles ont provoqué des résistances. Ces paroles sont tout a fait absurdes. A l'époque, la Grande Bretagne a appliqué un régime colonial à Hong Kong. En 1843, la Reine Victoria du Royaume-Uni a promulgué la Charte de la colonie de Hong Kong comme le fondement du système juridique de Hong Kong. De 1841 à 1997, les Britanniques ont envoyé au total 28 gouverneurs comme chef de l'exécutif de Hong Kong, et la législature était le Conseil législatif nommé par les autorités coloniales britanniques.

        Depuis la rétrocession de Hong Kong, avec l'adoption du principe « un pays, deux systèmes », le système capitaliste et le mode de vie hongkongais restent inchangés, et le système juridique reste pour l'essentiel inchangé. Les Hongkongais gèrent leurs propres affaires dans le portefeuille de la RAS, jouissant de plus de droits et de liberté démocratiques que jamais dans l'histoire, y compris d'une grande autonomie et du droit de rassemblement et de manifestation pacifiques. La prétendue érosion de la démocratie et de l'autonomie à Hong Kong allant juste à faire passer le noir pour le blanc est totalement intenable.

        III. Certaines critiques font entendre que le principe «un pays, deux systèmes» ne reste que le nom et a connu sa défaite à Hong Kong. De mon point de vue, bien au contraire, la pratique « un pays, deux systèmes » est un succès reconnu à travers le monde. Depuis sa rétrocession, il y a 22 ans, Hong Kong maintient sa prospérité et sa stabilité ; cette RAS est classée, pendant des années consécutives, parmi les économies les plus libres et les régions les plus compétitives au monde, avec une position encore renforcée en tant que centre financier, commercial et maritime international. En 2018, le PIB de Hong Kong a dépassé 340 milliards de dollars, soit deux fois plus que celui en 1996. Ses indicatifs sur le développement économique et l'état de droit figurent également parmi les meilleurs au niveau mondial. La pratique a prouvé qu' « un pays, deux systèmes » est le meilleur arrangement institutionnel pour maintenir la sécurité, l'ordre, la prospérité et la stabilité à long terme à Hong Kong.

        Je tiens à éclaircir et à souligner que le principe « un pays, deux systèmes » repose d'abord sur « un pays ». L'essai de réclamer « deux systèmes » tout en mettant en cause voire niant « un pays » constitue un défi intolérable à la souveraineté de la Chine. Sous aucune condition, on ne peut mettre en péril la sécurité et la souveraineté nationale, défier l'autorité du gouvernement central et l'inviolabilité de la Loi fondamentale de la RAS, ou utiliser Hong Kong comme un lieu d'infiltration et de sabotage contre la Chine continentale. Ce sont trois lignes rouges qui ne peuvent jamais être franchies au cours de la mise en œuvre du principe « un pays, deux systèmes » à Hong Kong. Tout acte visant à défier « un pays », à inciter « l'indépendance de Hong Kong » et à contester l'autorité du gouvernement central sous prétexte de « deux systèmes » n'échappera pas à la justice.

        IV. Certains politiciens et médias occidentaux irresponsables, en inversant le noir et le blanc et confondant le juste avec l'injuste, sympathisent avec les éléments violents et incitent les activités radicales. La Chine s'y oppose fermement. Les affaires de Hong Kong sont des affaires intérieures de la Chine. Le gouvernement chinois n'autorise aucune ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong, sans plus mentionner de la laisser provoquer le chaos à Hong Kong. Comme chacun le sait, les forces de police européennes et américaines n'ont jamais été tolérantes face à leurs propres éléments violents. Si quelqu'un attaque le parlement ou la police, elles prendront absolument des mesures catégoriques. Des politiciens de certains pays, pour des raisons de préjugés ou d'arrière-pensées honteuses, soutiennent les actes violents au lieu de les condamner. Ils déforment même, remettent en cause les réactions justifiables et très retenues de la police hongkongaise. C'est évidemment le double standard.

        V. La violence c'est la violence, l'infraction c'est l'infraction. La nature de ces actes ne changera pas pour quelque faux prétextes que ce soient. À l'heure actuelle, la tâche la plus urgente à Hong Kong est de mettre fin aux troubles et de rétablir l'ordre. L'état de droit est la valeur fondamentale dont sont fiers les Hongkongais, c'est le fondement du bon environnement économique, de la prospérité et de la stabilité de Hong Kong. Le gouvernement central chinois soutient fermement le gouvernement de la RAS de Hong Kong dans l'administration, en vertu de la loi, et soutient résolument la police hongkongaise dans l'exercice de ses fonctions.

        Maintenir la prospérité et la stabilité de Hong Kong est dans l'intérêt de la Chine, et également de tous les pays du monde. Le Sénégal, grâce à sa paix et sa stabilité constantes, est renommé comme l'ancre de la stabilité en Afrique de l'Ouest. Le peuple sénégalais comprend parfaitement que seules la paix et la stabilité peuvent contribuer à la prospérité et au développement du pays. J'espère que ces explications permettront à tous les milieux de la société sénégalaise de connaître l'alpha et l'oméga de la situation réelle à Hong Kong, et mieux de comprendre et de soutenir la détermination et les efforts de la Chine visant à préserver la souveraineté et la dignité du pays mais aussi à défendre le principe « un pays, deux systèmes ».

        Je suis convaincu qu'avec le soutien du gouvernement central et des forces justes internationales, le gouvernement de la RAS mènera sûrement Hong Kong vers la stabilité et le développement, et fera de sorte que la « Perle de l'Orient » reproduise sa gloire.

Envoyer ce lien à un ami 
     Imprimer
Copyright © 2009 Ambassade de la République populaire de Chine en République du Sénégal